IL Y A DES JOURS COMME CELUI-CI...

Il y a des jours où tu te poses beaucoup de questions sans pour autant trouver une quelconque réponse satisfaisante.

Tu as l'impression de tourner en rond et de ne plus avancer.

Et même si tu avances, c'est à contre-courant ce qui est fatigant, voir épuisant et te procures beaucoup de stress et d'émotions plutôt négatives.


La période que nous vivons en ce début d'année 2020 marque de façon très puissante ce sentiment de stagnation dans nos vies... à l'inverse de la Nature qui reprend avec violence ses droits, histoire de nous rappeler que si nous sommes sur terre, c'est quand même grâce à elle !


L'être humain n'a pas créé le minéral, le végétal ni même l'animal...


Si nous avons un tant soit peu de conscience, il faut bien reconnaitre que nous nous sommes appropriés sans vergogne tout ce qui pouvait satisfaire notre soif de pouvoir pour agrandir nos profits sans se préoccuper de notre belle planète.


J'emploie volontairement le "NOUS" parce qu'il serait injuste de condamner ceux qui sont dans le pouvoir, sont aux commandes d'une entreprise ou d'un pays ou encore ceux qui ont su amasser beaucoup d'argent car si nous voulons être honnêtes : nous avons TOUS œuvrer dans ce sens ne serait-ce qu'en leur donnant, en pensées ou en paroles, ce pouvoir que d'autres n'ont pas su prendre.


Il est facile de constater que nous sommes à une période charnière très importante de notre histoire. Ce n'est pas la première et ce ne sera probablement pas la dernière mais nous vivons une véritable BASCULE qui demande à chacun de S’INTÉRIORISER pour reconsidérer :

  • notre façon de penser

  • notre façon d'agir

  • notre implication à devenir

  • notre conscience à poser nos actes


Bien sûr que nous parlons de tout cela depuis déjà (trop) longtemps.

Des premiers textes sur la pensée positive, la loi de l'attraction, le décodage biologique, la psychogénéalogie, l'alimentation saine, la relation psyché-soma, la spiritualité etc. jusqu'aux besoins de changement dus au réchauffement climatique, à la surpopulation, à la révolution numérique... que sais-je encore...


Qui n'a été qu'un "consommateur" de savoir et qui a été un acteur ?


Autant de méthodes plus ou moins décriées, renommées autrement pour, au final, dire la même chose... Pourquoi ?


La réponse est évidente !


Malgré tous ces enseignements, nous sommes peu nombreux à avoir changé nos habitudes et oser être vraiment ce que nous ressentons au fond de nous !


La peur, sous toutes ses formes, est encore souveraine dans nos décisions.


Qu'elle soit réveillée par le "Qu'en dira-t-on", véhiculée par notre histoire familiale ou issue d'une mauvaise expérience, elle génère tant d'émotions que nous réagissons "contre" ou "pour" mais certainement pas "avec".


Je n'y échappe pas !


Tout comme toi, je vis encore des moments de doute, d'incertitude et mon devenir me parait alors plus ou moins sombre.

" - Ma vie n'a pas été de tout repos et j'ai du relever pas mal de défis".

Je suis certaine que tu te reconnais dans ces propos : nous avons tous traversés des épreuves et ce que nous avons entendu mais pas forcément intégré, c'est que notre vie sur terre est une vie d'expériences.


Lors de mes consultations, quand une sœur vient guérir ses blessures et me raconte son histoire, mon cœur saigne de voir combien elle aussi a souffert.

Il en est de même pour nos partenaires masculins qui viennent reconnecter leur part féminine tant ils ont besoin de (re)trouver leur identité.


Certains ont vraiment des parcours très difficiles.


Toutefois, TOUS vous avez, nous avons, nos pépites d'or !


C'est ce que cette nouvelle décennie nous "invite fermement" à découvrir et à mettre en lumière.

C'est un véritable défi à relever et puisque nous sommes nombreux à le savoir sans pour autant changer nos habitudes... et bien nous n'avons plus le choix !


"Fumer tue" est écrit sur tous les paquets de cigarettes avec des images atroces... Des campagnes publicitaires sont faites pour alerter mais combien ne vont plus en acheter ?!


C'est exactement le même processus que je remarque dans nos vies : nous savons ce qu'il "faudrait" faire mais combien sommes-nous à passer à l'action ?


Nous savons bien que sortir de notre zone de confort (confortable ou pas d'ailleurs) demande d'aller vers des horizons inconnus et comme notre cerveau fait référence à ce que nous connaissons, nous n'agissons pas MAIS nous maugréons et sortons dans la rue crier notre colère.


Est-il possible que ces cris soient tout simplement contre NOUS ? Contre notre incapacité à oser changer de vie ?


Je dis que OUI.


Je ne descends pas dans la rue mais il m'arrive encore de grogner contre... parce que je me sens en désaccord avec ce que je vis.


Cependant, passé ce moment d'émotion qui, je m'en rends compte, provoque des choses pas très agréables au niveau de mon corps - MERCI MON CORPS - j'écoute ce qui se passe en moi ainsi je me calme et là, je suis en état de réfléchir posément pour prendre une décision.


Je ressens profondément que ce monde en BASCULE nous invite à écouter ce qui se passe en nous pour savoir exactement comment continuer nos vies.


" Le XXIème siècle sera spirituel ou ne sera pas" disait André Malraux, ce qu'il a d'ailleurs nié avoir dit mais qui lui reste attribué. En fait, André Malraux n'excluait pas la possibilité d'un événement spirituel à l'échelle planétaire.

D'après les dires de André Frossard Journaliste, la phrase exacte serait "le XXIème siècle sera mystique ou ne sera pas". (le Point du 5.06.1993)


Nous n'allons pas débattre là-dessus.


Ce qui est certain, c'est que nous y sommes et que vivons une belle et grande aventure, pleine de chaos, oui, mais belle aventure quand même.


La fin d'un monde et la naissance d'une nouvelle conscience.

Nous le ressentons tous et plus particulièrement ceux qui ont la sensibilité de recevoir des messages et sont plus avancés dans la conscience de la vie planétaire.


Dans un message reçu par Nicole Dhuin qu'elle retranscrit dans son livre "Contacts Intergalactiques", un des guides remarque " - qu'il n'y a vraiment que les êtres humains pour croire qu'ils sont les seuls êtres vivants de la planète"


Cela m'a bien fait rire !


En effet, il faut que nous soyons quand même sacrément imbus de nos petites personnes pour penser que nous sommes les seuls êtres vivants !


Il me parait évident que tout un monde vivant existe sur les autres planètes.


Si tu veux bien t'attarder un instant et te demander comment toutes les planètes (dont la terre n'est qu'une partie) maintiennent en cohérence l'équilibre de la galaxie toute entière, tu vas quand même te rendre compte que d'autres intelligences existent.


Écoute ton ressenti, tu n'as pas besoin d'être scientifique ni même spirituel... mais simplement observateur de la terre et du ciel.


Retrouve ton bon sens !


Celui que les anciens utilisaient en observant la nature, le ciel, les animaux etc. Tu l'as en toi. Il te suffit de le réveiller. Toutes tes cellules sont imprégnées de la sagesse de nos ancêtres bien avant que le monde de la technologie bouleverse cette communion au Vivant.


ACCEPTER SANS QUE LES ÉMOTIONS NOUS PERTURBENT !

Je pourrais te dire autrement :


Prends le temps d'écouter ton ressenti pour savoir l'acte que tu dois poser et ne te pose pas de questions quant au résultat.


Plus facile à dire qu'à faire ! Entièrement d'accord avec toi.


Et pourtant, c'est pour moi le message le plus important qui nous est délivré en ce moment.


Tu dois "être" sans te préoccuper si, du point de vue de la société, l'acte que tu te sens de poser est "logique" ou pas, compréhensible pour ton entourage ou pas.


Sans ce retour vers notre intérieur, nous subissons les "assauts" extérieurs et nous survivons.

Nous centrer sur notre intérieur nous ouvre la voie vers ce que nous avons à accomplir et là, nous vivons.


Tu sens la différence ? Survivre ou Vivre.

Quel sera ton choix ?


Nous sommes de plus en plus nombreux à ressentir ce besoin d'intériorité comme une envie de faire une retraite pour mieux nous retrouver.


C'est exactement ce que ce début d'année nous invite à faire.


C'est notre grande bascule à réaliser.

Ce qui est difficile pour un certain nombre d'entre vous, c'est de RALENTIR votre rythme.


Toutefois, c'est tout à fait réalisable !


Vous pensez qu'entre le travail, le quotidien à la maison, les enfants et les "tuiles" qui vous arrivent, vous n'arrivez plus à faire face.

Cela est vrai SI vous laissez vos émotions vous envahir et c'est facile de repérer si la peur dont je vous parlais au début de ce texte est à l’œuvre :

  • vous "échappez" à votre réalité avec les jeux vidéos

  • vous ne savez plus vivre sans la télé ni votre smartphone

  • vous vous gavez de sucré ou de salé

  • vous êtes stressés, irascibles, agacés

  • vous avez l'impression de passer à côté de quelque chose

  • vous êtes toujours en super-activité

  • vous dormez mal

  • vous êtes "sur le qui-vive"

  • vous déclenchez des tas de maladies

  • vous êtes insatisfaits


Voilà pour les principaux "symptômes" qui vous permettent de repérer que vous êtes en survie et plus du tout dans votre vérité.


En fait, vous avez perdu votre essentiel !


Lorsque vous êtes en survie, vous cherchez des solutions à l'extérieur de vous. Ne les trouvant pas, vous vous posez beaucoup de questions et n'avez aucune réponse si ce n'est celle d'augmenter votre stress.


Avez-vous remarqué combien un week-end en dehors de la maison vous fait du bien ?

Et pourquoi le temps des vacances est si bon à vivre ?

Ou que passer une soirée en famille ou entre amis où vous avez bien ri vous a régénéré ?


Parce que dans ces moments-là, vous avez lâché prise sur le quotidien. Vous l'avez mis entre parenthèse et vous avez repris la liberté "d'être".


Si vous pouvez le faire l'espace d'une soirée, d'un week-end ou de quelques semaines, c'est que vous avez le potentiel pour le faire au quotidien !


Observez bien votre journée et demandez-vous à chaque fois que vous faites quelque chose en état de négativité :

" - Est-ce que cela est essentiel à mon bonheur ?"


Sans chercher des tas de "fausses bonnes raisons" qui vous maintiennent dans l'inaction de ce qui serait bon pour vous.


La suite dans une prochaine écriture...


Si tu veux apporter tes commentaires, tu peux le faire sur Facebook



#bonheur #peur #mondenouveau #bascule #lâcherprise #essentiel #rythme #intériorité

© 2019 - guerirdetesblessures créé par Chantal Peccatte - Tous droits réservés - 

 84 - Goult, France