NON MAIS... C'EST QUI LE PATRON ?


C'est quand même assez paradoxale de penser qu'une minorité puisse tenir les commandes du monde : manipuler, déstabiliser, controverser avec comme finalité de répandre par tous les moyens le règne de la peur. #peur


Tout aussi paradoxale de constater que la majorité accepte de courber l'échine.

C'est certain qu'elle bougonne et grogne mais passe-t-elle vraiment à l'action ? Je parle d'une action constructive !


Combien sommes-nous à prendre le risque de dire ce que nous refusons ?

Qui sont ceux qui osent prendre des risques pour changer ce qui ne va plus ?


Je ne peux m'empêcher de faire un parallèle entre ce monde complètement déstabilisé, en pleine (R)évolution #révolution et les affrontements que chacun peut vivre au quotidien.


Quels sont les enjeux ?


Lorsque j'écoute les personnes autour de moi ou lors de mes consultations, les aspirations d'une vie meilleure se rejoignent.

Les peurs du manque d'argent, de perdre son boulot, de quitter un compagnon ou de vivre ailleurs, une fois exprimées, deviennent secondaires.

Le rêve de tous se compose à partir du verbe AIMER
  • exercer un métier avec plaisir

  • rencontrer son âme-sœur

  • privilégier la sincérité dans les relations

  • profiter mieux de l'instant, etc.


Alors, pourquoi est-ce si difficile de quitter ses peurs ?


Notre plus grand désir n'est-il pas de NE PLUS AVOIR PEUR ?


Imaginez que vous n'ayez plus peur :

Comment vous sentiriez-vous ?


Moi, en l'écrivant, je me sens encore plus forte !

Mes limites se repoussent et l'horizon m'apparait bien plus clair.

Je deviens capable de poser les actes utiles à mon bonheur.


Toutefois, je suis consciente qu'entre confinement et dé-confinement... je dois redoubler de vigilance pour maintenir mes vibrations au-dessus de la peur, encore que, dans mon cas, je parlerai plus de découragement #découragement face à l'ampleur du travail à réveiller ceux qui "courbent encore l'échine".


C'est pour maintenir cette haute fréquence que j'ai apporté mon éclairage sur "comment retrouver votre souveraineté".

Voir ou revoir mes articles :

https://www.guerirdetesblessures.com/post/est-ce-que-nous-nous-aimons-assez-pour-1ère-partie

https://www.guerirdetesblessures.com/post/est-ce-que-nous-nous-aimons-assez-pour-2ème-partie


Quitter ses peurs est un acte courageux qui demande force et persévérance et les garder, c'est se fermer définitivement la possibilité de réaliser ses rêves.

Mais je reconnais que c'est plus facile !

En gardant mes peurs, je laisse à l'autre le pouvoir et je suis la "pauvre" victime qui subit. En conséquence, je suis pieds et poings liés à la merci de celui ou celle à qui je donne le pouvoir.

#JeuxDePouvoir


Je vous renvoie au "Jeu de Karpman" qui implique le rôle d'une victime, d'un bourreau et d'un sauveur.

C'est un triangle aussi infernal que celui d'une relation amoureuse triangulaire... Tour à tour, nous jouons l'un de ces rôles mais aucun n'est satisfaisant.

C'est un triangle de "survie".



L'un des avantages à rester dedans est l'abandon de ses responsabilités.

La victime subit donc, elle est dans l'incapacité d'agir si ce n'est pour fuir ou se réfugier...

Le bourreau attaque, donne des ordres, humilie et se croit supérieur...

Quant au sauveur, il sait ce qui est bon pour l'autre, étouffe et se pense indispensable...


Tous fuient leurs responsabilités :

La victime a une bonne excuse pour ne "pas faire" ou ne "pas dire"...

Le bourreau et le sauveur s'excusent de ne pas avoir le temps de s'occuper d'eux...


Aucun n'est satisfait. Tous se plaignent.

Chacun a perdu son pouvoir, se retrouve manipulé et manipulable !

Sans victime, pas de bourreau ni sauveur

Sans persécuteur, pas de victime et pas besoin de sauveur...


Comment retrouver son pouvoir ?


Déjà, c'est prendre conscience que lorsque nous nous sentons victimes ou "contraints et forcés", c'est que nous donnons (inconsciemment) ce pouvoir à l'autre de nous asservir ou de nous sauver.

En le contrant ou en le défiant, nous devenons bourreau mais nous restons prisonniers des jeux de pouvoir. 
Tout pareillement, en nous justifiant, nous essayons de "sauver" une situation ou l'autre en lui expliquant combien il devrait suivre nos conseils MAIS nous sommes toujours prisonniers des jeux de pouvoir.

Ouvrir les yeux sur le rôle que nous avons, c'est refuser de continuer à jouer un jeu qui, bien souvent, quelque soit le rôle endossé, nous blesse et nous détruit.


Ensuite, on revient toujours à la même chose, c'est à dire d' ÊTRE À L’ÉCOUTE DE SOI #ÉcouteDeSoi pour se demander ce qui n'est plus acceptable et de dire NON.


Une autre question pour retrouver son pouvoir est la suivante :

Est-ce que je vis la vie que J'AI envie de vivre ou est-ce que je vis la vie que les AUTRES veulent que je vive ?


Les autres peuvent être mes parents, mon conjoint OU la société ce qui nous ramène à la période que nous vivons actuellement :

Est-ce que je vis la vie que J'AI envie de vivre ou est-ce que je me plie aux règles d'une société qui ne me correspond plus ?


Tant que nous penserons que les institutions mises en place sont plus fortes, nous jouons le jeu et nous leur donnons le pouvoir dont ils sont assoiffés.


Il devient complètement inutile de vouloir les contrer alors même que nous sommes à l'origine du pouvoir qu'elles ont !

Ce qui est super, c'est que nous avons le pouvoir de leur retirer ce pouvoir !


"Tout comme pour ma vie, il m'appartient de DIRE NON à une société dont je ne veux plus."


DIRE NON est le PREMIER ACTE à poser pour retrouver son pouvoir divin, sa souveraineté.

Comment opérer un changement durable


Lorsque le constat est posé de ce que nous ne voulons plus, que nous avons dit NON, l'étape suivante est de poser les actes du changement souhaité.


Essayons de voir en quoi le changement est si difficile à réaliser :

  • C'est une perte de repères et un pas vers l'inconnu.

  • De nouvelles habitudes à mettre en place.

  • L'éloignement possible d'amis ou d'une famille, etc.

#ChangerEstDifficile

C'est aussi un traumatisme inconscient mais bien réel qui nous ramène à notre naissance : l'incarnation de l'âme dans un corps de chair est un vrai traumatisme pour l'enfant. Bien au chaud dans le ventre de la mère, humidifié, dorloté, sécurisé par les battements du cœur maternel, nourri et caressé par les mains aimantes, bercé par le chant de l'adulte ou la musique... la naissance est le premier changement important de notre vie !
Sorti du ventre, l'enfant a chaud, a froid, est mouillé, sec... les bruits qui étaient étouffés deviennent stridents, il faut faire des efforts pour manger etc. 

Donc, on pourrait résumer ainsi :


Chaque changement est une NAISSANCE qui "reconnecte" le traumatisme vécu la première fois.

Selon les conditions de naissance, il est intéressant de travailler sur cette période pour en défaire les liens : tout changement apporte son lot d'appréhensions et c'est naturel MAIS s'il s'avère si important qu'il vous empêche d'agir, je vous invite à vous faire aider.

Je peux vous accompagner dans ce processus :

Voir "Guérir De Tes Blessures pour Changer Ta Vie"


Tout comme vous pouvez être accompagnés pour que votre désir de changement s'accomplisse de façon durable : pour qu'il soit efficace , il faut persévérer !


Et c'est souvent que, repris par votre quotidien, vous perdez de vue votre objectif et plus encore : vous perdez votre confiance ! Le bel enthousiasme du départ s'amenuise... et tout est à refaire quand vous ne reléguez pas aux oubliettes ce qui vous tenait le plus à cœur.

Et là, c'est la mélancolie qui s'empare de vous, sans que vous vous en rendiez compte...


J'aime bien comparer le changement comme une course d'obstacles, je vous renvoie à ma vidéo sur "J'eux de Pouvoir".



En Conclusion


Pour sortir du "J'Eux de Pouvoir" (JE face à EUX), il suffit de :

  • prendre conscience du jeu que j'ai choisi de jouer

  • de dire NON (premier acte)

  • opérer le changement avec persévérance pas à pas

  • sans jamais oublier ma finalité


NON MAIS, C'EST QUI LE PATRON ? C'EST MOI !



#patron #DireNon

© 2019 - guerirdetesblessures créé par Chantal Peccatte - Tous droits réservés - 

 84 - Goult, France